« Circulez ! »
L’exposition des archives départementales du Val-de-Marne

De l’Ancien Régime au XXIe siècle, la circulation sur le territoire de l’actuel Val-de-Marne contribue à façonner la morphologie et l’expansion à la fois spatiale et économique des 47 communes.

L’exposition présente plus de 200 œuvres issues de collections publiques et privées pour donner à voir la réalité des transports et de la mobilité dans la vie quotidienne des habitants. Pour ce faire, elle met en avant un jeu d’imbrications des histoires, des échelles, des modes de transport.

Du 17 septembre 2016 au 7 juillet 2017
Archives départementales du Val-de-Marne à Créteil
Salle Claire Berche

L’exposition « Circulez ! » donne à voir la réalité des transports et de la mobilité. Elle met en avant un jeu d’imbrications d’histoires, et interroge en trois étapes les changements de regards sur l’aménagement urbain, de l’Ancien Régime à nos jours. Les Archives départementales, en association avec « Val-de-Marne Tourisme et Loisirs », ont mis en place un programme de visites guidées de cette exposition sur inscription (2 dates restantes entre mars et juin)

La première étape « aller et venir », s’attache à faire percevoir la raison d’être des transports et les possibilités qu’ils offrent. Aux besoins permanents de mobilité, qu’il s’agisse d’aller faire ses courses, de se rendre à son travail ou de profiter de son temps libre, répondent des modalités de transport plus accessibles, un élargissement progressif du champ de déplacement et une intensification du trafic. Se déplacer constitue alors un enjeu majeur de l’aménagement du territoire.

La deuxième étape , « aménager et transporter », fait observer l’impact des transports dans la morphologie urbaine, du maillage des villages du XVIII ème siècle au nouveau Créteil, en passant par les lotissements de l’entre-deux-guerres et les grands ensembles des années 1960. Elle met en avant le rôle des voies de circulation dans le développement économique du territoire, qui bénéficie de la proximité de la capitale.

Elle montre aussi l’existence de ruptures territoriales qui peuvent engendrer des déséquilibres de réseaux, des scissions de villes ou encore des entraves à la libre circulation. Toute la complexité de la gestion des transports se pose alors.

La troisième étape, « gérer et questionner », aborde les politiques de circulation aux multiples acteurs, qu’ils soient aménageurs publics ou privés, transporteurs, élus, usagers ou riverains. Elle met en exergue des perspectives différentes d’organisation puis de planification des transports. Elle montre comment les choix des tracés et des modes de transport s’inscrivent dans un héritage historique et des conjonctures variables.

Si la plantation d’arbres le long des routes intéresse l’Etat dès l’Ancien Régime, l’aménagement paysager des chaussées, la gestion des nuisances provoquées par les transports et l’apparition de modes de déplacement respectueux de l’environnement relèvent de préoccupations plus contemporaines.

Alors que les travaux du grand Paris Express ont commencé dans le Val-de-Marne, études et projets en cours préparent la « circulation de demain », objet d’un épilogue ouvrant sur les transports et la mobilité du futur, dans lequel l’association Orbival, sa démarche, son projet, trouvent une jolie place d’honneur et un écho tout particulier.