Ligne 15 Sud : attribution des premiers marchés

L’année 2017 marque le déploiement des travaux de génie civil sur toute la Ligne 15 Sud du Grand Paris Express.

En octobre 2016, un premier marché de génie civil concernant le tronçon Noisy-Champs -> Bry Villiers Champigny, était attribué à un groupement d’entreprises piloté par Alliance. La présence de plusieurs entreprises étrangères dans ce groupement inquiète le département du Val-de-Marne et l’association Orbival qui craignent un recours aux travailleurs détachés. Or, les emplois générés par la construction du métro doivent profiter aux PME du territoire et aux emplois locaux. L’inquiétude sur cette question de l’emploi local avait été largement relayée par les médias régionaux et locaux, appuyée par la nécessité de relancer le BTP, secteur qui connaît un recul de 20% de son activité depuis 2008.

Le 1er février, un autre marché de génie civil d’un montant de 968 millions d’euros a été attribué à un groupement d’entreprises piloté par Bouygues Travaux Publics, comprenant le groupe Soletanche Bachy. Il concerne la réalisation du tronçon entre Créteil l’Echat et Villejuif Louis-Aragon, de la Ligne 15 Sud.

Bouygues Travaux Publics et les sociétés du groupe Soletanche Bachy collaborent déjà sur des projets de transports actuels et futurs, comme actuellement sur le chantier de prolongement de la ligne 14 au nord, entre les gares Saint-Lazare et Mairie de Saint-Ouen.

Le 20 février, un deuxième marché de génie civil de la Ligne 15 Sud est attribué à un groupement piloté par Vinci Construction. D’un montant de 926 millions d’euros, il s’agit cette fois du tronçon compris entre les gares Fort d’Issy – Vanves – Clamart et Villejuif Louis-Aragon.

Ces marchés conséquents, remportés par des entreprises françaises, seront bénéfiques à l’économie et aux habitants du territoire. Rappelons que selon la Fédération nationale des travaux publics (FNTP), le Grand Paris Express représente la création de 10 000 postes non-délocalisables pour les 15 ans à venir. De plus, tous les marchés attribués jusqu’à maintenant prévoient qu’une part d’au moins 20 % des travaux soit exécutée par des PME et que 5 % des heures de travaux soient réservées à l’insertion comme l’a demandé – de longue date – l’association Orbival.

La société du Grand Paris a mis en place, début février, l’Observatoire des PME, en partenariat avec les chambres consulaires, les fédérations des travaux publics, le Medef, la CPME ainsi que l’Insee et la Direccte Île-de-France, pour s’assurer du respect de ces clauses.

Les trois derniers marchés de génie civil de la ligne seront notifiés d’ici à la mi-mai 2017. Le premier tunnelier rentrera en action dans le Val-de-Marne, à Champigny-sur-Marne, en novembre 2017.