Deux tunneliers supplémentaires pour creuser la Ligne 15 Sud et tenir le délai 2022

Les tunneliers qui vont creuser les sous-sols du Val-de-Marne vont se déployer à partir de la fin 2017. La Société du Grand Paris avait annoncé à l’origine sept tunneliers tout le long de la future ligne 15 sud (Pont-de-Sèvres-Noisy-Champs), mais elle vient de décider de porter ce nombre à neuf, voire à 10 puisqu’un dernier engin pourrait être implanté à Créteil. Des annonces faites lors du dernier comité stratégique à Champigny.

Pourquoi ajouter des tunneliers et comment fonctionnent-ils ?

Un tunnelier avance en moyenne de 12 mètres par jour, posant 350 tonnes de béton pour réaliser le tunnel. Pour tenir les délais annoncés, soit une mise en service en 2022, l’ajout de tunneliers s’avère nécessaire. Pour comprendre l’investissement que représentent ces machines, Orbival vous invite à regarder la vidéo tournée à Saint-Ouen, dans le tunnel du prolongement Nord de la Ligne 14.

 

 

Où sont implantés les engins supplémentaires ?

La SGP a choisi de dédier un tunnelier à chacun des deux sites industriels indispensables au métro. Il faut en effet un tunnel de la ligne 15 sud au site de maintenance et de remisage (SMR) de Champigny et un autre de la ligne au site de maintenance des infrastructures (SMI) de Vitry. C’est au SMR qu’arriveront 60 % des rames de la ligne 15 sud avant d’entrer en service. Le tunnelier de Champigny sera donc le premier à creuser pour la 15 sud, fin 2017.

Quelles sont les conséquences pour l’évacuation des déblais et la limitation des nuisances pour les riverains ?

Des mesures sont déjà prises pour évacuer une partie des terres déblayées par voie fluviale (comme à Vitry) ou par voie ferrée (comme à Villiers), mais faire appel à des camions sera inévitables. Le mode d’évacuation routier ne devrait pas être privilégié, et donc limité. Les tunneliers creusent en moyenne entre -15m et -55 m, ces profondeurs permettent à ceux qui habitent au-dessus de ne pas ressentir les vibrations. Quant au bruit généré par le point d’entrée du tunnel, des mesures de protection sont toujours prises.

Sources : leparisien.fr et les comités de pilotage